zeeeemooofsdfsdfvxsd fsdsdfsdf sfd sdfsdf sfs dfsdf123123Titre d'un tooltips modalne testujemy podpowiedzibhnjkmll
bhnjkml
ТестированиеLa Mesatest tsetenvgvvvvvvvvvvvvvvvvvvgggggggggggggggggnlkjnlkljsefasdああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああああWordpress Tooltipsnk;;;;mSpicy jalapeno bacon ipsum dolor amet fatback hamburger meatball tail. Biltong frankfurter ham turducken tail turkey sirloin tongue jowl chicken.testbark wkljklwejklew11111111Testing8456516541611651561

www.docteur-fitness.com

L’« explication franche » a eu lieu par téléphone. Matignon n’a guère apprécié l’interview donnée par le haut-commissaire aux retraites à notre journal et l’a fait savoir ce vendredi à l’intéressé.

« Le Premier ministre a voulu convoquer Delevoye dans son bureau pour une explication franche et en tête-à-tête, ça s’est terminé par un coup de fil ce matin », explique une source à l’Elysée.

Jeudi, dans Le Parisien, le haut-commissaire s’était montré opposé à l’idée de « la clause du grand-père », consistant à n’appliquer la réforme des retraites qu’aux nouveaux entrants sur le marché du travail.

Cette sortie avait déjà valu un recadrage général d’Emmanuel Macron lors du conseil des ministres jeudi. « Je vous demande de ne pas expliquer dès maintenant ce que serait une bonne ou une mauvaise réformefeefefeffe, en dehors de ce que disent le président et le Premier ministre », avait expliqué le chef de l’Etat.

cscscs

fzfzfzfzefzefzef

 

dzdzdzdfzefezfezf deded fzfezfzzzzzzz